De jeunes blogueurs avec Bruxelles pour terrain de jeu.

C’est Molenbeek, pas Molembeek, ni Molenbecque.

Moi aussi, je peux parler de cette commune (pas ville) bruxelloise.

Molenbeek se prononce dès fois “Molembeek” avec un m par certains natifs Bruxellois (dont moi-même il n’y a pas si longtemps^^). “Molen” veut dire en flamand moulin et “beek” signifie ruisseau. Donc le ruisseau du moulin se tient plutôt bien dans le logo moderne de la commune :

Mais comme toute commune bruxelloise, Molenbeek était un village rural flamand datant du Moyen-âge, avant de devenir une commune industrielle qui s’est francophonisé — ah, tiens, il existe vraiment ce mot, ce n’est pas un néologisme de ma part, zut — petit à petit au XIXème siècle. Il intéressant de s’intéresser à son blason d’antan :

Héraldique de la commune de Molenbeek-Saint-Jean
Drapeau de la commune

On y voit une représentation dorée de Jean le Baptiste, le nom complet de la commune, étant Molenbeek-Saint-Jean. Selon la tradition chrétienne et musulmane, Jean-Baptiste était le cousin de Marie, la mère de Jésus.

Dans les années 60, la commune accueillait les travailleurs ouvriers en provenance du Maroc selon les accords bilatéraux. C’est ainsi que la commune devient connue pour une forte concentration de population musulmane.

“Être considéré comme des citoyens de seconde zone indésirables, ça donne plutôt envie d’être mal dans son identité dans son propre pays.”

Elle a même été décriée pour son trop de musulmans visibles et de voiles sur les marchés selon ses détracteurs (dont un certain Alain Destexhe), et plusieurs années mêmes avant le Molenbeek bashing pour les nombreux terroristes originaires de la commune. Être considéré comme des citoyens de seconde zone indésirables, ça donne plutôt envie d’être mal dans son identité dans son propre pays.

Un des vrais problèmes de Molenbeek, c’est que c’est une des communes les plus pauvres de Bruxelles avec un taux de chômage de 24% et jusqu’à 31,5% pour les moins de 25 ans en 2016.

Et les prêcheurs de haine ne vont pas se gêner de se servir des ressentiments, des blessures identitaires et de l’oisiveté de la jeunesse pour justifier leurs fins abjectes. Les conflits d’identitaires menant à une bombe atomique sociologique, n’excusent en rien ces actes barbares qui ont touché Bruxelles et Paris. Soyons fermes, mais ne fermons pas les yeux.

Malgré cela Molenbeek est une commune multiculturelle, populaire et très animée. Je vous invite à la fréquenter, je vous assure, c’est loin d’être une zone de non-droit.

Laisser un commentaire